Un cri d’alarme face à la pénurie de médicaments.

sages-femmes désarroi

Cette insuffisance de médicaments pour lutter contre le cancer, dénoncé par patients et médecins, révèle tragiquement les dysfonctionnements majeurs du marché du médicament.

Monsieur le Ministre,

Peut-on, en France, en 2020, laisser mourir des patients des suites d’un cancer non traité faute de médicaments? Cette question n’est malheureusement en rien provocatrice. Elle se fonde sur le constat effroyable de médecins et de patients qui dénoncent un phénomène qui ne cesse de s’aggraver au fil des années.

Leur cri d’alerte, récemment relayé publiquement par la Ligue contre le cancer, a de quoi glacer le sang : quelque quarante médicaments, utilisés de façon prioritaire et récurrente, dans le traitement des cancers sont devenus indisponibles. Pour certains types de cancers, cela se traduit par une évolution rapide de la maladie qui nécessite la réalisation d’actes chirurgicaux particulièrement lourds et traumatisants pour les patients.

Cette situation est d’autant plus scandaleuse que la pénurie de médicaments concerne d’abord des produits peu chers. A l’inverse, les traitements les plus onéreux ne connaissent aucune rupture d’approvisionnement.

Cette réalité éclaire les dysfonctionnements majeurs du marché du médicament, dont de nombreux acteurs se sont engagés dans une course effrénée pour toujours davantage de profits, toujours davantage de rentabilité.

La phase aiguë de la crise du Covid-19 et l’insuffisance des médicaments nécessaires à la· réanimation tout comme les pénuries de traitements en oncologie révèlent de manière tragique que les impératifs sanitaires ont été négligés au profit des résultats financiers.

Dans les deux cas, elles démontrent à quel point il est impératif et urgent de relocaliser la production de médicaments en France, alors que notre pays est devenu totalement dépendant de ses fournisseurs asiatiques.

En outre, sortir de cette spirale infernale du primat de la finance suppose la création d’un pôle public du médicament, en capacité d’assurer une fabrication des médicaments efficaces, à prix coûtant. C’est en ce sens que je vous exhorte à agir dès à présent. Aucun de nos concitoyens ne doit mourir, ni même souffrir, en raison d’une carence de médicament.

En vous remerciant pour les prolongements que vous réserverez à la présente, je vous prie de recevoir, Monsieur le Ministre, l’assurance de ma haute considération.

Fabien Roussel,

Député du Nord.

Suivez toute l’actualité de Fabien Roussel en vous inscrivant à la newsletter.
S’inscrire ici

Inscription à la newsletter



    Vous avez lu et vous acceptez la Politique de Confidentialité des Données.

    Menu