La possible fusion des réseaux Crédit du Nord – Société Générale anime les craintes

sages-femmes désarroi

La fusion de ces deux réseaux aurait de lourdes conséquences, d’abord sur le plan social, avec près de 800 suppressions d’emplois. Mais également avec la création de nouveaux « déserts bancaires », conséquences de la fermeture de 600 agences envisagée si ce projet devenait réalité. 

Monsieur le Ministre,

Les organisations syndicales du secteur bancaire m’ont récemment fait part de leurs vives inquiétudes quant la possible fusion des réseaux du Crédit du Nord et de la Société Générale.

Une telle fusion interviendrait en réponse aux marchés financiers, suite à la perte de 1,5 milliards d’euros au premier semestre 2020. Toutefois, la fusion de ces deux réseaux, bâtis sur des modèles très différents et complémentaires, risque d’engendrer davantage de pertes que de bénéfices. Si des économies de l’ordre de 450 millions d’euros sont attendues à l’horizon 2025, la fusion des deux établissements compromettrait la réalisation de cet objectif. En prenant en compte une potentielle perte de clientèle du Crédit du Nord à hàuteur de 20%, un tel niveau d’économies serait en effet impossible à atteindre. Or, d’autres groupes bancaires se sont déjà saisis de ce projet de fusion pour attirer à eux les clients du Crédit du Nord et lancent dès à présent des campagnes de recrutement de conseillers et directeurs d’agence de cet établissement.

En outre, cette fusion serait lourde de conséquences sur le plan social. En effet, sont prévues 600 fermetures d’agences au plan national, ce qui entrainerait, dans le seul département du Nord, jusqu’à 800 suppressions d’emplois ! Dans le contexte actuel de crise économique, une telle perspective est inacceptable. D’autant qu’au cours des six dernières années la Société Générale et le Crédit du Nord ont déjà supprimé quelque 14 900 emplois, tout en percevant plus de 300 millions d’euros d’aides publiques au titre du CICE.

Enfin, les représentants des salariés, présents lors des réunions consacrées à cette fusion, soulignent le manque de transparence, voire l’opacité du projet. Ils ne disposent d’aucune information quant aux critères retenus pour le futur maillage du territoire et la gestion des sièges, ni de données économiques, ni même d’éléments garantissant la pérennisation d’un modèle de relation clients qui a fait le succès de cet établissement bancaire.

Le risque financier inhérent à cette fusion, les menaces de suppressions massives d’emplois et d’apparition de nouvelles zones de « déserts bancaires» suscitent la crainte légitime des salariés de ce secteur. Partageant leur préoccupation, je vous appelle à vous saisir de ce dossier et à réunir sous votre égide les directions et les représentants des salariés du Crédit du Nord et de la Société Générale, en vue de parvenir à une issue préservant l’emploi dans le secteur bancaire et l’accès de nos concitoyens aux services de ces deux établissements présents sur de nombreux territoires.

Vous remerciant pour les prolongements que vous réserverez à la présente, je vous prie d’agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de ma haute considération.

Fabien Roussel,

Député du Nord.

Suivez toute l’actualité de Fabien Roussel en vous inscrivant à la newsletter.
S’inscrire ici

Inscription à la newsletter



    Vous avez lu et vous acceptez la Politique de Confidentialité des Données.

    Menu