M. Fabien Roussel attire l’attention de M. le Premier ministre sur le devenir de la mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (MIVILUDES). Les associations intervenant auprès des familles exposées à l’emprise sectaires redoutent en effet sa disparition prochaine. L’absence de nomination d’un successeur à son président sortant durant plus d’un an, la réduction de ses effectifs, son placement sous la tutelle du ministère de l’Intérieur nourrissent légitimement les craintes des acteurs de terrain qui accompagnent nos concitoyens, victimes d’organisations sectaires. Placée sous l’autorité du Premier ministre dès sa création en 2002, la MIVILUDES jouissait d’une reconnaissance internationale, due à la qualité de son travail et à la richesse de son savoir-faire. Sa dimension interministérielle lui permettait d’appréhender les réponses en tous domaines, et non sur le seul volet répressif. Face à l’ampleur du phénomène sectaire en France, dont l’audience est aujourd’hui amplifiée par les réseaux sociaux, il importe de conforter un organisme qui a fait la preuve de son efficacité et qui constitue l’interlocuteur de nombreuses associations d’aide aux victimes implantées sur le territoire national. Il lui demande de lui indiquer les dispositions que le gouvernement entend mettre en œuvre afin de poursuivre l’action de l’Etat en matière de prévention et de lutte contre les dérives sectaires.

Menu