Fusion ALSTOM – SIEMENS : rien ne va plus !

Rien ne va plus concernant la fusion d’Alstom et de Siemens. Outre les salariés et leurs syndicats, c’est maintenant la commission européenne qui doute du bien fondé de l’opération. Elle a présenté une liste de griefs, recensant pas moins de 14 domaines dans lesquels il y aurait des risques de monopole !

Fin décembre, les autorités de la concurrence britannique, néerlandaise, belge et espagnole ont écrit à la commissaire européenne chargée du dossier pour l’alerter d’une « perte globale de concurrence très importante » si la fusion avait lieu.

Pour les syndicats, la cause est entendue depuis le départ : cette fusion, ou plutôt cette absorption d’Alstom par Siemens, n’est pas une bonne affaire, car elle n’obéit pas à un projet industriel, mais vise tout simplement à satisfaire les actionnaires. Je rappelle qu’il était prévu « d’acheter » – excusez moi – de verser aux actionnaires 1,8 milliards d’euros, pour organiser cette fusion.

Monsieur le ministre, ce projet de fusion se justifie de moins en moins. Il symbolise davantage un repli qu’un développement. La mise en place de synergies entre les deux groupes, pour un coût estimé à 380 millions d’euros, est censée rapporter annuellement 470 millions d’euros au terme des quatre ans durant lesquels l’emploi serait soi-disant préservé. Des économies qui se traduiraient par la suppression de 4 à 7 000 emplois selon les projections syndicales.

Oui la position de monopole d’un groupe privé risque de faire monter les prix et de coûter cher aux pays, aux collectivités qui ont besoin de trains, de métros, car l’objectif unique est la rentabilité des actionnaires. Et c’est avec de l’argent public que nous achetons ces matériels.

Il est urgent maintenant de réfléchir à un autre projet, à une coopération entre les Etats de l’Union européenne qui associerait les industriels du ferroviaire basés en Europe, y compris Bombardier, et des financements publics pour bâtir une stratégie industrielle à long terme, au service des pays, des collectivités, des besoins des habitants et pour relever le défi climatique. 

Au lieu de crier au loup en ayant peur des Chinois, le gouvernement ferait mieux de se battre pour un European Buy Act qui protégerait notre marché intérieur !

Soyons plus ambitieux, c’est aussi comme cela que nous pourrons bâtir un groupement industriel de taille suffisamment importante pour démarcher des contrats à l’international.

Monsieur le ministre, pourquoi ne pas réfléchir dès à présent à une solution alternative à cette fusion néfaste ?

Menu