Faillite de Greensill : inquiétude dans certaines entreprises françaises

sages-femmes désarroi

La faillite de la société financière Greensill préoccupe plusieurs entreprises industrielles française. En effet, la société financière avait notamment participé à l’obtention d’un Prêt Garanti par l’Etat à Liberty Ascoval, à Saint-Saulve, ou encore à Aluminium Dunkerque, à Gravelines, dans le département du Nord. Si la Gouvernement est rassurant, les salariés désires des garanties !

Monsieur le Ministre,

La presse économique a annoncé la faillite de la société financière Greensill. Son dépôt de bilan est intervenu devant un tribunal britannique, ce lundi 8 mars. Cette défaillance pourrait entraîner l’insolvabilité de nombreuses entreprises et, à terme, la disparition de dizaines de milliers d’emplois à l’échelle internationale, notamment européenne.

Dans notre pays, la faillite de Greensill s’avère extrêmement préoccupante pour plusieurs entreprises industrielles détenues par le milliardaire Sanjeev Gupta. En effet, cette société était le principal prêteur de l’empire de cet homme d’affaires, dont fait partie Liberty Steel.

Greensill a notamment été utilisée comme véhicule financier pour collecter les fonds obtenu grâce au prêt garanti par l’Etat (PGE), pour les Fonderies du Poitou. Ainsi le PGE, obtenu par Alvance Aluminium Poitou, a été transféré dans la filiale allemande de Greensill, à la demande de S. Gupta. Aussi le dépôt de bilan de la société financière suscite-t-il de graves interrogations sur son impact pour les Fonderies du Poitou qui pourraient être privées de l’aide du PGE, dont elles ont pourtant grand besoin.

De même, la déstabilisation financière de Liberty Steel suscite la vive préoccupation des salariés de Liberty Ascoval, à Saint-Saulve, et d’Aluminium Dunkerque, à Gravelines, dans le département du Nord. En dépit d’un haut niveau d’activité, de carnets de commandes remplis, d’une bonne santé financière et bien qu’ils disposent d’installations très modernes, ces sites sidérurgiques redoutent d’être affectés par ricochet des conséquences de la défaillance de Greensill sur le groupe GFG Alliance auquel ils appartiennent et qui se finançait auprès de la société aujourd’hui en dépôt de bilan.

Liberty Ascoval et l’usine Liberty Steel d’Hayange, en Moselle, sont d’autant plus menacés par la chute de Greensill que la société financière devait initialement leur fournir un prêt garanti par l’Etat d’un montant de 50 millions d’euros.

Monsieur le Ministre, les salariés des entreprises concernées ont bien entendu vos propos rassurants selon lesquels « dans tous les cas de figure, l’Etat sera derrière ces sites industriels et derrière les salariés […] S’il y a des difficultés financières, l’Etat saura faire le pont, trouver des solutions alternatives ». Ces femmes et ces hommes, très inquiets pour l’avenir de leur emploi, souhaitent toutefois obtenir des garanties. Je vous demande donc bien vouloir m’indiquer les dispositions que le gouvernement entend mettre en œuvre afin que ces salariés, leurs outils de travail et leurs savoir-faire soient préservés du naufrage financier de Greensill.

Dans l’attente de votre réponse, je vous prie d’agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de ma haute considération.

                                                    Fabien Roussel,

                                                   Député du Nord.

Suivez toute l’actualité de Fabien Roussel en vous inscrivant à la newsletter.
S’inscrire ici

Inscription à la newsletter




    Vous avez lu et vous acceptez la Politique de Confidentialité des Données.
    *Champ obligatoire

    Menu