Hôpital de Fourmies : Transfert du bloc opératoire vers une clinique privée

sages-femmes désarroi

Alors que les personnels du CHS de Fourmies disposent d’une grande expertise en activités de chirurgie, et qu’ils disposent d’un plateau technique parfaitement adapté, ces activités seront transférés prochainement dans la clinique privée voisine, dans laquelle ils n’ont même pas les capacités pour prendre en charge efficacement toutes les urgences vitales, ni même les astreintes obstétricales actuellement assurées par la maternité adossée au CHS.

Monsieur le Ministre,

Le 3 février dernier, les agents du Centre Hospitalier de Spécialité (CHS) de Fourmies (Département du Nord) ont appris par l’intermédiaire de l’Agence Régionale de Santé (ARS) des Hauts-de-France que les activités de chirurgie et du bloc opératoire de leur établissement seraient transférées prochainement à une structure privée voisine.


Cette décision, prise sans concertation préalable, aggraverait les inégalités d’accès aux soins dans un territoire déjà fragilisé par un manque d’emploi chronique, une désertification des services publics et une offre de transport en commun largement insuffisante.

De plus, faute de capacités, la clinique privée à qui ces soins seraient confiés ne pourrait prendre en charge efficacement toutes les urgences chirurgicales vitales, ni les astreintes obstétricales actuellement assurées par la maternité, adossée au CHS. A l’heure où l’accès aux maternités dans nos territoires ruraux s’avère de plus en plus compliqué, il n’est pas envisageable de diminuer fortement les capacités d’accueil à un service pourtant essentiel aux futurs parents.

Les agents médicaux, administratifs et techniques de cet hôpital ne réclament qu’une seule chose : pouvoir continuer à effectuer les missions qu’ils exercent avec fierté et dévouement ! Pourquoi confier celles-ci à une structure privée dont ce n’est pas la spécialité, lorsque les personnels du CHS disposent d’une réelle expertise en la matière et d’un plateau technique digne de ce nom ?

Si la coopération entre les deux structures, privée et publique, n’est pas en cause, les agents du CHS craignent que la disparition de ces activités n’impacte durablement les autres spécialités assurées par leur établissement.

Enfin, est-ce une manière de récompenser les soignants qui se sont mobilisés durant cette pandémie, que de supprimer une offre de soins, publique, adaptée à la population du Sud Avesnois ?

Je vous appelle à vous saisir de ce sujet et à soutenir le projet médical déposé par le CHS de Fourmies à l’ARS des Hauts-de-France, en vue de conforter l’offre de soins de l’hôpital public dans ce secteur du département du Nord.

Fabien Roussel,

Député du Nord.

Suivez toute l’actualité de Fabien Roussel en vous inscrivant à la newsletter.
S’inscrire ici

Inscription à la newsletter



    Vous avez lu et vous acceptez la Politique de Confidentialité des Données.

    Menu