Quelles mesures pour lutter contre l’exclusion des sourds et malentendants ?

Monsieur Fabien ROUSSEL attire l’attention de Madame la Ministre des solidarités et de la santé sur la situation des personnes sourdes et malentendantes de notre pays. En France selon les chiffres du ministère de la Santé c’est 6,6% de la population qui est victime de déficience auditive. Qu’elle soit génétique, ou accidentelle cette déficience pose de réels problèmes pour les personnes qui en sont atteintes.

Bien que l’appareillage soit possible son coût onéreux est un enjeu majeur afin de permettre l’inclusion et une vie en société facilitée. De plus, s’ajoute pour les personnes qui ne peuvent développer un langage oral, la nécessité de se faire comprendre par son interlocuteur.

Si la langue des signes est un outil utilisé par les personnes muettes ou atteintes de surdité afin de communiquer entre elles il reste l’impossibilité pour nombre d’entre eux de communiquer avec l’extérieur faute de formation à la langue des signes.

Si la question de l’accessibilité des personnes porteuses d’un handicap physique est devenue récurrente au sein des services publics, il apparait essentiel au député de prendre également en compte, dans la formation des personnels des services publics, les personnes sourdes ou malentendantes.

Dans un souci d’équité et d’accessibilité à tous aux services publics le Député demande à la Ministre des solidarités et de la santé quelles mesures elle entend prendre afin de lutter contre l’exclusion de cette population.

Menu